All for Joomla All for Webmasters

À la Yul

Avec certains traitements en chimiothérapie, il est courant de perdre nos jolis nuages. Pour certaines c’est un vrai crève coeur, pour d’autres c’est l’occasion de se révéler autrement, de laisser libre court à un autre aspect de leur personnalité. Alors, le crâne rasé j’ose ou j’ose pas? Témoignages. 

Peut être qu’ils ne tomberont pas..?

On a toutes eu ce petit espoir fou que les médecins ou nos proches essaient avec plus ou moins de délicatesse de nous faire oublier. « Et si ils ne tombaient pas? Ma voisine m’a dit que la soeur de sa cousine ne les avait pas perdu! »… On a également toutes entendu parler de cette légendaire femme qui n’avait pas perdu ses cheveux… sauf que elles sont peu nombreuses à garder leurs belles boucles!

D’ailleurs comment ça marche? Pourquoi nous perdons nos cheveux? Voici la réponse de l’Institut National du Cancer (INCA) : « La chimiothérapie agit sur les cellules qui se divisent car les cellules cancéreuses ont tendance à se diviser plus que les autres. Les cellules du bulbe pileux se divisent aussi beaucoup, ce qui entraîne souvent leur destruction en cas de chimiothérapie et la chute des cheveux et de tous les poils (dont les sourcils et les cils). Cette chute porte le nom d’alopécie. Elle est temporaire, les cheveux et les poils repoussant à l’arrêt du traitement. La radiothérapie peut également provoquer une alopécie, limitée à la zone du corps touchée par les rayons. » Voilà, vous savez pourquoi vous perdez vos cheveux dans 99,9% des cas avec certains protocoles de chimiothérapie comme ceux par exemple du cancer du sein.

Nouveau look pour nouvelle vie

Alors que faire? Nathalie, 42 ans, de Martinique, a décidé de faire contre mauvaise fortune bon coeur.  » Pour moi, l’important c’était de ne pas tricher avec ce que j’étais à cet instant T. Je ne voulais ni perruque, ni Maré Tèt. J’ai donc choisis d’assumer la perte de mes cheveux en étant proactive : mon chéri m’a rasé la tête avant que mes cheveux ne tombent. Ensuite je me suis fait un nouveau look : plus de maquillage, de grosses boucles d’oreilles pour mettre mon visage en valeur et recentrer l’attention sur autre chose que mes cheveux LOL. J’étais bien. Tellement bien que les gens qui me  croisaient me disaient : « Ah super ! Tu as osé ». Et moi : « Euhhh non, j’ai pas osé, j’ai un cancer » Et j’en rigolais (rires). En résumé : Faite ce qui vous plait ! Se sentir bien dans ses choix permet de vivre la maladie en toute liberté et sérénité. On en a besoin. »

Mèl, 36 ans, de Tahiti, avoue qu’elle a longtemps hésité à laisser pousser ses cheveux après l’arrêt de la chimio car finalement elle se sentait en phase avec ce nouveau look. « Une fois chauve, tu découvres des détails sur ton propre visage, la structure même de tes traits semble changée puisqu’il n’y a pas de délimitation entre le visage et les cheveux… J’ai grandi lorsque je me suis rendue compte que je n’avais pas à compenser l’absence de cheveux, l’absence de cheveux ÉTAIT un artifice de beauté ! Et oui, un style, une allure, une attitude… Un visage rayonnant et maquillé… Bienvenue à la nouvelle Mel !! »

Catherine, jolie femme dynamique de 45 ans, de la Réunion, vit très mal la perte de sa longue chevelure. Pour elle, les cheveux sont un symbole de féminité, de séduction… Pour Catherine c’est une part de sa personnalité et de sa féminité qui s’en va. Catherine a misé sur une jolie perruque brune qui rappelle son ancien carré long.

Conseils & Astuces

  • Il vaut mieux vous couper les cheveux avant la chimio, histoire de vous habituer à votre nouvelle tête. C’est aussi une sorte de passage initiatique. Faites le avec votre amoureux-se, votre famille ou vos ami-e-s.
  • Il faut prendre soins de son crâne pendant le traitement. On évite le soleil! Capeline! Foulards ! Bakoua! Casquette! Tout est bon pour se protéger!
  • Pendant et quelques semaines après la chimio, faites des masques d’argile verte sur votre crâne. Cela aide à éliminer les produits toxiques.
  • Masser vous et faites vous masser le crâne! Faites vous du bien!

© Mario Gilbert pour Amazones I Moune Mangatale